07 novembre 2014

Entre Bruxelles et Amsterdam, des trains classiques de plus en plus lents

Au menu du blog aujourd'hui, un article intitulé "Entre Bruxelles et Amsterdam, des trains classiques de plus en plus lents", traduit du site de treinreiziger.nl, avec l'aimable autorisation du webmestre de ce site, Hildebrand van Kuyeren. L'article est suivi pour conclure d'un bref commentaire personnel.

=-=-=-

De Treinreiziger, 14 avril 2014.

Le train qui relie Bruxelles à Amsterdam par la ligne classique, dit "Intercity Benelux", "IC Benelux" ou simplement "Benelux", est plus lent que jamais : le trajet entre les deux villes durera en effet 3 h 23 en 2015, contre 2 h 56 en 2012 et 2 h 46 en 2009. Les chemins de fer néerlandais (NS) et belges (SNCB) prétendent avoir étudié l'idée d'une liaison plus rapide, mais la chose ne s'est pas avérée possible. En 2017, il y aura toutefois un léger raccourcissement du temps de parcours. (...)


Le contexte

Il faut rappeler que le train "Benelux", qui circulait depuis 1957, a été supprimé en 2012 lors de l'introduction du train à grande vitesse FYRA, entre Bruxelles et Amsterdam. En 2013, suite aux déboires du FYRA, le service Benelux a été partiellement rétabli, 10 fois par jour seulement, et seulement de Bruxelles à La Haye. En 2015, il ira de nouveau jusqu'à Amsterdam, mais avec un temps de parcours dégradé.

Cela touchera en premier lieu les voyageurs de et vers Bruxelles, à cause du détour que fera désormais le train par l'aéroport de Bruxelles Zaventem, qui coûtera 15 minutes. De plus, la SNCB n'a pas réussi à insérer le train dans son nouveau cadencement horaire de 2015, ce qui allongera le parcours de 10 minutes supplémentaires.

BeneluxDDR5.jpgLes voyageurs de et vers Bruxelles subiront donc un temps de parcours plus long que jamais. Il suffirait, pour éviter cet inconvénient, de renoncer à la desserte intermédiaire de l'aéroport. Mais les deux exploitants s'y refusent, même si le nombre de personnes qui bénéficieront effectivement de la desserte aéroportuaire reste à déterminer.


Le Thalys, plus rapide mais plus cher

Les NS et la SNCB espèrent sans doute que les voyageurs, au vu de la lenteur du train IC Benelux, se reporteront sur le Thalys, qui ne met qu'une heure et cinquante minutes entre les deux capitales. Un aller simple par le Thalys rapporte au plein tarif 84 € aux entreprises, deux fois plus que l'IC Benelux. Il faut s'y prendre très à l'avance pour payer son voyage en Thalys un peu moins cher qu'avec l'IC Benelux.


L'autocar, plus rapide que le train

Pour relier Bruxelles à Amsterdam, les autocars mettent entre 2 h 45 et 3 heures, soit entre 20 et 35 minutes de moins que le train. Qu'ils soient exploités par Eurolines ou par la filiale de la SNCF iDbus, ils sont plus rapides mais aussi meilleur marché, et sont souvent équipés d'une connexion sans fil à internet.


Un temps de parcours décevant

Les associations d'usagers, Rover aux Pays-Bas et TreinTramBus en Belgique, quoique satisfaites du retour de la liaison, se disent très attristées par la médiocrité de ces temps de parcours. (...) Or, Rover ne voit pas vraiment de solution : "pour gagner du temps sur le parcours néerlandais, il faudrait y supprimer des arrêts, ce dont nous ne voulons pas non plus", explique l'association.

Les NS ont pensé à une solution pour les voyageurs au départ d'Amsterdam ou de Schiphol qui veulent aller vers Bruxelles. Ils pourront en effet, "au cours de l'année 2015", emprunter sans supplément le train "Intercity Direct" par la LGV jusqu'à Rotterdam, et là, prendre l'IC Benelux vers Bruxelles. Malheureusement, il ressort que la correspondance à Rotterdam est médiocre.


Après 2017, des temps de parcours un peu plus rapides

Le temps de parcours de 2009 semblent définitivement relever du passé, mais l'IC Benelux devrait gagner 7 minutes à partir de 2017. En effet, au lieu de passer par Roosendaal, il empruntera la LGV entre Rotterdam et Anvers, avec une desserte intermédiaire de la ville de Breda. Selon les estimations, le train ne mettra alors plus que 3 h 14 de bout en bout.

Source : Treinreiziger, avec l'aimable autorisation du webmestre. Le site : www.treinreiziger.nl
Adapté du néerlandais par Vincent Doumayrou.
Photo : Treinreiziger.



Voici un commentaire qui n'engage que moi


"Plus il y a de TGV, plus les trains sont lents" : ce pourrait être la morale de l'histoire, une histoire que la France exporte désormais vers ses voisins.

A la lecture de l'article, il apparaît que les causes de la lenteur du Benelux sont diverses, entre le choix commercial très discutable de desservir l'aéroport, l'incapacité d'insérer un train dans une grille horaire, qui relève peut-être d'une impossibilité technique mais peut-être aussi d'une perte de compétence au sein de l'opérateur. Avec à l'horizon, comme le dit l'article, la volonté vraisemblable de dégrader la prestation en train classique pour rendre incontournable le recours au TGV (Thalys).

Les facteurs techniques, commerciaux, politiques, s'entremêlent donc. Quoi qu'il en soit, on déplorera une fois de plus le fait que l'introduction du TGV, qui devrait être un facteur de progrès, s'avère finalement une régression sociale, seuls les plus aisés en bénéficiant vraiment.

Vincent Doumayrou
auteur du livre La Fracture ferroviaire - Pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer,
Préface de Georges Ribeill, Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2007.

=-=-=-
Le lien vers mon article "Entre Bruxelles et Amsterdam, le train de toutes les déconvenues", de février 2013 :
http://www.mobilettre.com/entre-bruxelles-et-amsterdam-le-train-de-toutes-les-deconvenues/

=-=-=-

Pour me contacter : vincent-doumayrou{a}laposte.net

Pour revenir à la page d'accueil de ce blog : http://lafractureferroviaire.skynetblogs.be

Pour aller à la page d'accueil de mon blog 2 : http://d-arras-a-groningen.skynetblogs.be

=-=-=-

Les commentaires sont fermés.