08 avril 2009

SOS trains de nuit : le Paris - Hambourg ne répond plus

Bonjour,

le train de nuit Paris - Hambourg a été supprimé au mois de décembre dernier. Il s'agissait en fait d'un train "à deux tranches" : au départ de Paris, le train partait puis se scindait à Hannovre ; une partie se dirigeait vers Berlin, l'autre vers Hambourg, et pareil dans l'autre sens.

Le voyageur doit désormais, pour effectuer ce parcours, changer à Hannovre et y attendre un ICE au petit matin, pendant 35 minutes. Pas terrible.

Cette suppression révèle deux tendances lourdes, dommageable l'une comme l'autre. D'abord, le fait que plus on avance dans le temps, moins on peut aller loin en train. Cela peut paraître paradoxal à l'heure de la grande vitesse, système dont le but est justement de permettre au voyageur d'aller vite et loin et dont on souligne souvent les aspects "européens". Oui sauf que la contrepartie du développement du TGV est l'abandon des trains de longue distance qui ne relèvent pas de la grande vitesse. Notamment les trains de nuit.

Et c'est là la seconde tendance : le déclin du train de nuit, de suppression en suppression.

Ainsi, il n'est plus possible d'aller directement de Paris à Vienne, depuis l'arrivée du TGV Est en juin 2007. En Italie, la mise en service de la grande vitesse a pour contrepartie un abandon quasi-complet des liaisons nocturnes internes au pays. Comme si la concurrence avec l'avion grâce au TGV n'était en fait qu'un partage des marchés : on prend à l'avion des voyageurs de longue distance grâce aux trains à grande vitesse de jour, et on lui laisse les autres.

Le train de nuit a pourtant de nombreux avantages. Il permet au passager d'effacer l'inconvénient de la longueur du trajet, puisque celui-ci est employé à dormir. Il permet en outre de garder un aspect purement "ferroviaire" à la prestation de transport, au-delà de l'aspect utilitaire. J'ai moi-même pris le Paris - Berlin l'an dernier, et un passage à boire une  bière dans la voiture-restaurant vaut bien deux heures entassé dans un avion Easyjet. Une partie de la clientèle peut être sensible à ce point.

Du point de vue de l'exploitant ferroviaire, les avantages des trains de nuit existent aussi. Ils utilisent de l'énergie et des voies à l'heure où celles-ci sont le moins saturées, point crucial alors que lla saturation de la ligne de TGV entre Paris et Lyon est patente, ainsi d'une façon générale qu'à l'entrée des grandes gares. Les trains de nuit n'impliquent par ailleurs la construction d'aucune ligne nouvelle, et les frais d'infrastructures sont donc limités pour ne pas dire quasi-nuls.

Enfin, le train continue de relier Paris à Berlin, mais il ne passe plus par la Belgique. Ce pays perd donc son dernier train de nuit régulier, ce qui est un aspect du phénomène de suppression des trains de nuit dont je parlais plus haut.

Vincent Doumayrou,

Auteur de La Fracture Ferroviaire,
Editions de l’Atelier, Paris.

Vers la page d’accueil : http://lafractureferroviaire.skynetblogs.be/

Contact : temse[a]hotmail.fr

Commentaires

avantage supplémentaire... Bonsoir Vincent,

Je voudrais ajouter un autre avantage possible... que la SNCF évite soigneusement d'exploiter : à savoir le fait de pouvoir proposer des liaisons directes entre centres/localités de moindre importance.

En effet, pour un déplacement entre grandes villes européennes genre Paris-Berlin et Paris-Rome, les vols low-cost ont pris beaucoup de marché en offrant des tarifs beaucoup plus bàs que le train... qui est aussi handicapé par le comfort spartiate des voitures places assises ou couchette à 6 qui ne sont vraiment plus de notre ère. Je crois que le train de nuit a définitivement perdu ce part du marché.

Par contre, pour des déplacements genre Reims-Braunschweig et Sens-Parma, le train pourrait avoir beaucoup plus de succès parce qu'il offre une liaison directe que le voyageur potentiel comparera à un transfer de son point de départ vers l'aéroport... suivi d'un vol... suivi d'un transfer de l'aeroport à sa destination finale.

Mais en limitant les arrêts intérmédiaires au maximum, la SNCF (pas seulement elle...) évite l'utilisation du train de nuit pour ce genre de déplacements.

Les exemples sont nombreux :
la dernière version du 243 Paris-Berlin qui passait encore par la Belgique, ne s'arrêtait plus du tout entre Paris et Bruxelles (exit St Quentin, Mons...) et prenait la ligne nouvelle entre Hannover et Berlin shuntant ainsi les gares de Braunschweig, Magdeburg et Brandenburg.

La version "évite-Belgique" ne dessert que Metz.

Le train bleu est direct entre Paris et Toulon, privant les habitants de Sens, Dijon,... d'une liaison pratique avec la Côte d'Azur.

Le train Paris-Munchen ne dessert aucune gare en France, alors qu'au moins Chalons en Champagne pourrait être desservi à horaire utile.

...
...

Bonne soirée,
Bart W.

Écrit par : Bart W. | 08 avril 2009

non, il y a encore de l'avenir pour le train de nuit. Cher ami,
Je suis d'accord avec votre analyse, mais pas avec vottre conclusion. En effet, je pense que pour la SNCF, c'est très clair, les trains de nuit doivent être supprimés à terme au profit du TGV, voire de son avatar le TGV de nuit encore plus inconfortable que tout!
Mais, la DB, comme la RENFE, ont montré qu'il y avait de la pertinence à maintenir un véritable réseau de train de nuit parallèlement à la grande vitesse. Regardez le site internet de la DB "Citynightline" à ce sujet. Seulement la SNCF n'en veut pas et fera tout pour évitez que le phénomène, pourtant très "Grenelle de l'environnement" se propage en France.
A l'occasion d'un chat, je m'en suis entretenu avec G. Pepy, alors encore n°2 de la SNCF, qui me l'a avoué.
La solution et l'avenir viendront de la concurrence à mon sens. Le jour où un opérateur ferroviaire proposera de véritables prestations de trains de nuit, nous en reparlerons!
Pour finir, le conseil général des Hautes-Alpes voulait relancer la relation de nuit entre Paris et Briançon, alors que la SNCF ne cache pas sa préfèrence pour des lisaons par autocar entre Oulx et Briançon ou Valence et Gap, et avait organisé une mission pour juger des matériels. Savez-vous où en est le projet?
Cordialement,

Écrit par : Christian | 13 avril 2009

Un autre avantage éliminé Je cherchais désespérément le Paris Hannovre de nuit quand je suis tombé sur ce blog.

Je suis d'accord avec les commentaires et je voudrais ajouter un autre avantage disparu:

en prenant le train de nuit pour Hannovre, je pouvais passer une nuit dans le train à l'aller, deux journées complètes à Hannovre et une nuit au retour. Tout cela avec un confort autre que de passer son temps à faire la queue dans les aéroports et les bouchons.

Je suis outré par le fait que la SNCF supprime un service à empreinte carbone faible pour pousser les gens vers l'avion.

C'est nul!

Écrit par : Francis | 20 novembre 2009

Illustration Voir à ce sujet : http://InteretGeneral.Free.Fr/TrainHotel.html

Écrit par : Guillaume | 21 décembre 2009

Je suis allée à Berlin pour les 20 ans de la chute du mur. Plus de trains de nuit direct en partance de Paris en semaine. 2 ans auparavant, il existait puisque je l'ai pris (j'allais à Magdeburg via Hannover). J'ai donc dû prendre des trains de jour qui mirent autant de temps que quand on devait se rendre dans le sud de la France il y un paquet d'années déjà. Là, je dois aller à Hamburg. Comme je n'y reste que peu de jours, le train de nuit permet de gagner du temps. L'avion, je n'ai rien contre, mais avec toutes ces mesures de sécurité de plus en plus draconiennes. Et il faut en plus payer le bus pour aller à l'aéroport.

Écrit par : Margarette | 06 janvier 2010

Bonjour,
Le retour du train de nuit direct Paris-Hambourg avec correspondance Copenhague est annoncé pour fin 2010. Il sera quotidien comme les Paris-Berlin et Munich le redeviennent désormais. Bonne nouvelle, non ?

Écrit par : christian-Luc | 08 novembre 2010

Bonjour,

oui très bonne nouvelle, que vous m'apprenez. La correspondance avec Copenhague aussi.

Je la commenterai dès qu'elle fera l'objet d'articles dans la presse.

Merci pour le commentaire et à bientôt pour de nouvelles aventures bloguesques

vd.

Écrit par : Vincent | 08 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.