20 janvier 2009

Alstom enregistre une hausse de ses commandes en matériel ferroviaire

Cher journal en ligne,

dans un communiqué de presse rendu public ce matin, Alstom a annoncé que son activité avait été satisfaisante au cours des neufs premiers mois de l’exercice 2008 – 2009, qui couvrent la période d’avril à décembre 2008. Dans le secteur des transports, les commandes ont augmenté de 20 % sur la période, et de 61 % au quatrième trimestre de l’année 2008, par rapport à la même période de l’année précédente. Elles s’élèvent à respectivement 7,4 et 2,2 milliards d’Euros.

Les prises de commande au quatrième trimestre de l’année 2008 sont notamment liées au contrat de maintenance de l’automotrice à grande vitesse AGV enregistré auprès de l’exploitant privé italien NTV, ainsi qu’à des rames de tramways en Algérie et de métro aux États-Unis.

Alstom annonce donc des nouvelles en rupture avec les mauvais chiffres du reste de l’industrie, en particulier de l’automobile. C’est bien évidemment lié au fait que la société ne pâtit pas de la chute de la demande privée, puisque les commandes en matériel ferroviaire émanent essentiellement de structures publiques.

Ce qui pose plusieurs questions. D’abord, à l’heure où on parle de l’arrivée des exploitants privés dans l’activité ferroviaire, ceux-ci échapperont-ils au marasme, et commanderont-ils beaucoup de matériel ? On peut se poser la question, et se demander si la commande de NTV n’est pas vouée à rester une exception.

Ensuite, le fait qu’Alstom ait des résultats à contre-courant annonce-t-il le fait qu’au cours des mois et des années qui viennent, la demande publique va prendre la relève de celle des acteurs privés ?

Au même moment, le président américain élu a entamé son voyage vers la capitale fédérale dans un train de voyageurs, dans un pays réputé avoir basé son système de transport sur l’avion pour les longues distances et l’automobile sur les courtes distances. Ainsi, le voyage d’Obama comme le bon chiffre d’affaires d’Alstom annonceraient une nouvelle politique des transports, qui ferait la part belle aux transports en commun, et une nouvelle économie, basée sur l'intervention publique. Cela rappelle le slogan d’Obama sur la « donne verte ».

Un peu comme dans une économie de guerre, l’État définirait les besoins, centraliserait la demande et effectuerait les commandes, mais pour des besoins pacifiques, en particulier de meilleurs transports en commun.

Ce n’est pas une prédiction, c'est un idéal car je serais très étonné qu'il se réalise. Mais c’est un souhait de ma part, car je me bats pour cela.

Zelazowa Wola

 

Vincent Doumayrou,
Auteur de
La Fracture Ferroviaire
Éditions de l'Atelier, Paris, 2007.

 

 

 

 

 

Des questions, des remarques, des corrections, des commentaires ? Écrivez à temse[]a[]hotmail.fr

Quelques liens et références :

Sur la « nouvelle donne verte », voir « Un Tournant pour la planète ? », de Paul Jorion, Le Monde du 2 décembre 2008.

J’aborde la possibilité que l’on aille vers une économie étatisée dans mon billet intitulé « Crise financière : vers l’hyper-inflation ? »

http://lafractureferroviaire.skynetblogs.be/archive-week/2008-50

(cliquer sur le lien puis aller à la date du neuf décembre)


Écrit par Vincent dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.