10 janvier 2009

Bientôt un RER pour la ville de Brême

 

Cher journal en ligne,

j'en parle dans mon livre, de nombreuses villes allemandes sont équipées de S-Bahn. S-Bahn (au pluriel, S-Bahnen) signifie Stadtschnellbahn, c'est-à-dire, traduit en français, chemin de fer urbain rapide, ou mieux, RER. Les S-Bahnen sont schématisées par un pictogramme en forme de S sur fond vert (voir ci-dessous).

La notion de S-Bahn peut se définir comme suit : un système de transport ferroviaire lourd, sur des voies dédiées, à traction électrique, de voyageurs, cadencé, en zone urbaine très peuplée, avec tarification particulière zonale, avec interconnexion (des voies ferrées passent sous la ville) et diamétralisation (les trains n'effectuent pas leur terminus dans le centre des villes mais en périphérie, à l'extrémité des lignes). Toutes les S-Bahnen ne réunissent pas toutes ces conditions, mais en réunissent au moins la plupart. Cette définition rappelle à coup sûr le RER parisien.

L'histoire des S-Bahn remonte loin puisque dès les années 1880, les autorités de l'Allemagne prussienne commencèrent les travaux pour construire des voies dédiées au trafic de proximité à Berlin. L'ensemble ainsi formé s'appelle le "chemin de fer de ville, de ceinture et de banlieue de Berlin" (all. Berliner Stadt-, Ring- und Vorortbahn) et reçoit une tarification spécifique dès 1891. Au début, les trains circulent à la vapeur mais l'électrification se généralise dès l'entre-deux-guerres.

C'est en 1930 que la dénomination de "S-Bahn" apparaît en tant que telle. Elle présente l'avantage de faire le parallèle avec celle de "U-Bahn", qui désigne le métro souterrain. A noter que le mot Strassenbahn, mot à mot "chemin de fer de route", désigne les tramways. La dénomination de S-Bahn s'applique d'abord à Berlin, mais aussi, dès 1934, à Hambourg.

Après-guerre, les systèmes de S-Bahn se répandent. Je citerai en particulier celui de Munich, inauguré au moment des Jeux Olympiques d'été de 1972 ; celui de Francfort, et de la Ruhr. De l'autre côté du Mur de Berlin, la RDA n'est pas en reste puisque des S-Bahnen furent inaugurées à Leipzig par exemple. La dernière S-Bahn en date à avoir été inaugurée est celui de Hannovre, en 2000.

 

Le projet de Brême

La ville de Brême est située au Nord de l'Allemagne, sur la Weser, à une centaine de kilomètres au Sud de Hambourg. Elle constitue un Land indépendant, le plus petit des Länder, vaste de 405 km² et peuplé de 660 000 habitants, soit une agglomération comparable à celle de Bordeaux ou Toulouse par exemple, en population, mais divisée en deux : le port et débouché maritime Bremerhaven est séparée de la ville de Brême proprement dite.

Au passage, j'ai visité Brême il y a deux ans et c'est une très belle ville, qui mérite bien une halte touristique. Elle rappellera le conte des frères Grimm intitulé les Musiciens de la ville de Brême. Au centre-ville, l'Hôtel de Ville est magnifique et la statue de Roland symbolise les libertés de la ville auxquelles les Brêmois tiennent tant. Le fait de constituer un Land indépendant vient d'ailleurs des traditions de liberté que Brême, ville de la Hanse, a héritées du Moyen-Age.

Roland%20Marktplatz.jpg.2985

Rathaus_Abend05_g

Marktplatz
La Marktplatz, ou Place du Marché, et en haut, la statue de Roland, (bien) desservie par un tramway. Au milieu, le Rathaus, ou Hôtel de Ville, en style gothique. Photos, Office de Tourisme de Brême.

Mais je reviens au projet de S-Bahn. Il se constitue de quatre lignes qui rayonneront autour de la gare centrale, Bremen Hauptbahnhof, où la correspondance avec les trains de grandes lignes IC et ICE sera assurée. Les 2/3 des lignes seront incluses dans le Land de Basse-Saxe, qui ceinture Brême. L'ensemble du RER couvrira pour 260 km de lignes, dont quasiment toutes existent déjà. L'inauguration doit intervenir en 2010.

Ce n'est pas la Deutsche Bahn AG qui exploitera le nouveau RER, mais le français Veolia, qui a remporté l'appel d'offres à l'automne dernier. Par contre, les voies ferrées continuent d'appartenir à la Deutsche Bahn AG, plus précisément à sa filiale de gestion du réseau Deutsche Bahn Netz AG. Veolia a commandé du matériel Alstom Coradia pour exploiter ces services.

Ainsi, Veolia tisse sa toile en Allemagne, comme elle va très certainement le faire en France.

A noter qu'il y a 220 millions de voyages sur la S-Bahn de Hambourg chaque année, soit largement plus de 100 déplacements par habitant et par an. A Brême, cela donnerait environ 60 millions de déplacements sur le futur RER.

En France, on ne peut que déplorer que malgré les progrès récents du TER, un système de type RER reste complètement absent en dehors de la région capitale. Les élus régionaux annoncent régulièrement l'arrivée de tels RER, mais il s'agit d'un voeu pieux tant que le réseau n'est pas conçu pour cela, que ce soit du point de vue de sa modernisation, de ses capacités ou tout simplement de son entretien. Dommage car à Toulouse, à Lyon, à Lille, etc... le potentiel pour un tel trafic est énorme. Malheureusement, les Régions veulent avant tout financer les projets de TGV et d'autoroutes. C'est ainsi que la Région Aquitaine veut participer au financement de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux, mais aucun projet mobilisateur n'existe pour construire les infrastructures de RER dans l'agglomération bordelaise.

Quoi qu'il en soit, je souhaite une longue vie au RER de Brême !

Zelazowa Wola

 

Vincent Doumayrou,
Auteur de La Fracture Ferroviaire
Editions de l'Atelier, Paris, 2007.

 

 

 

Des questions, des remarques, des commentaires ? Ecrivez à temse[]a[]hotmail.fr

Liens utiles :

L'histoire des S-Bahnen, en allemand :
http://de.wikipedia.org/wiki/S-Bahn

Le projet de S-Bahn de Brême, en anglais :
http://www.railway-technology.com/projects/breman_s_bahn/

L'office de tourisme de Brême, en... français !
http://www.bremen-tourismus.de/btz/francais/k1-rubrik_unter_unter.cfm?m=1.03&name=Curiosités&rubrik=La%20Place%20du%20March%E9

Les commentaires sont fermés.