10 novembre 2008

Je passe dans le magazine Alternatives Economiques

Cher journal en ligne,

le journal Alternatives Economiques a fait passer dans son courrier des lecteurs une lettre de mézigue. Suite à un article consacré à la complexité des tarifs SNCF, je leur ai en effet écrit.

Voici la lettre dans son intégralité :

SNCF

Votre article "SNCF: un prix peut en cacher un autre" (n° 273) est consacré à l'opacité de la tarification de la SNCF. La mise en place de la nouvelle grille tarifaire en 2007 a en effet accru les contraintes d'utilisation, mais ne constitue que la cerise sur le gâteau d'une politique "grandes lignes" menée depuis vingt-cinq ans, et de recentrage progressif sur le seul TGV.


Le principe de base du système TGV consiste à copier l'avion: dessertes en point-à-point (au détriment de l'effet de réseau), de longue distance (au détriment de l'interrégional), réservation obligatoire (au détriment de la souplesse d'accès), opacité tarifaire (au détriment de la clarté), confort souvent spartiate (au détriment de la vie à bord) et prix globalement en forte hausse.


Par ces défauts, le TGV conforte la domination de la voiture et de sa disponibilité permanente, notamment sur les trajets interrégionaux. Ses succès sont réels, mais ils n'ont de sens que par rapport à l'avion. En outre, le TGV court-circuite le réseau classique des trains et le déleste de ses trafics les plus rémunérateurs, ce qui aboutit à la dévitalisation de pans entiers du réseau.


Par ailleurs, la hausse de trafic liée à l'arrivée du TGV ne se fait pas par élargissement de la clientèle: ceux qui voyageaient déjà voyagent davantage, mais il n'y a pas plus de gens qui voyagent. L'accusation de "train élitiste" a donc des fondements.


Pour résorber la fracture ferroviaire, il faut au contraire relancer un service de trains Corail fréquents, souples d'accès, bon marché, confortables. La grande vitesse ne devrait être qu'une cerise sur le gâteau.


Enfin, les tarifs Prem's permettent à une clientèle de payer le train moins cher, mais cachent la forêt de l'augmentation du plein tarif que subissent aussi les porteurs de cartes commerciales comme la 12/25. Dans une optique très consumériste, on favorise donc une clientèle occasionnelle, au détriment des usagers, par force ou par choix, les plus fidèles.


Vincent Doumayrou, auteur de La fracture ferroviaire, éd. de l'Atelier.

 

[fin de citation]

En la relisant, je me dis qu'elle est peut-être un peu trop abrupte, mais il me fallait dire le maximum de chose en le moins de mots possible, d'où ce côté très ramassé.

1225278133_AE274

Le numéro est en vente depuis le dernier vendredi d'octobre ; je l'ai acheté chez la buraliste de mon quartier, et j'en profite pour en conseiller l'achat, car il contient un dossier qui s'étend sur la crise en cours avec gravité et sérieux, mais sans catastrophisme ni sensationnalisme.

Tous mes chaleureux remerciements à la responsable de la rubrique Courrier, Claire Alet-Ringenbach, d'avoir bien voulu publier ma lettre.

Zelazowa Wola

Vincent Doumayrou,
Auteur de La Fracture Ferroviaire
Editions de l'Atelier, Paris, 2007.

 


 

 

 

 

 

Contact : temse[]a[]hotmail.fr

Voici la page d'accueil du site d'Alternatives Economiques :

www.alternatives-economiques.fr

Les commentaires sont fermés.